Les retours d’expérience sur les combats en zone urbaine ne font sans doute pas l’objet de l’attention qu’ils méritent. Aussi, ce n’est pas la moindre des qualités de cet ouvrage, fruit des travaux de deux officiers instructeurs au CENZUB (Centre d’Entraînement en Zone Urbaine), que de s’y atteler. Qui plus est, ils le font dans une perspective qui n’est pas uniquement historique : il s’agit bien, ici, de tirer des enseignements qui soient utiles aux opérations.

Après une introduction montrant l’ampleur de l’enjeu – par son actualité mais aussi d’un point de vue prospectif – ils articulent leur ouvrage en cinq parties : « attaquer en zone urbaine et confinée », « défendre en zone urbaine », « former les combattants », « la guerre des civils » et « technologie et perspectives ».

A l’exception des parties sur la formation et les technologies, les auteurs procèdent par l’étude de quatorze cas, pour l’essentiel dans la deuxième moitié du 20ème siècle. Si des « classiques », comme Grozny, Stalingrad ou Falloujah s’y retrouvent, des cas moins explorés par la littérature sont également abordés, comme Beyrouth, Madrid ou Budapest.

L’ensemble est complété par une bibliographie raisonnée et un petit cahier photo, mais aussi de plusieurs cartes. La grande force de l’ouvrage et du traitement des cas est la perspective « totale » adoptée par les auteurs : les différentes branches de l’art militaire sont prises en compte et la perspective aérienne n’est pas absente.

Une autre force tient dans la prise en compte permanente des facteurs humains : c’est sans doute naturel pour des instructeurs, mais c’est surtout absolument essentiel. Comme ils en font clairement la démonstration, l’utilité des technologies est relativisée en combat urbain, de sorte que le combattant, plus que tout autre facteur, fait la différence.

Cela ne les empêche nullement d’apporter un regard lucide sur les questions matérielles et, plus généralement, de ne pas se cantonner à une sorte de fatalisme. Au contraire, en mettant en avant la nécessité de l’intégration interarmes aux plus bas échelons ou des questionnements autour de l’exercice du commandement, ils donnent au lecteur des pistes pertinentes. Clairement, un des meilleurs ouvrages militaires parus cette année.